Aller au contenu principal
19-fév-2019


BIC lance une campagne télévisée et digitale destinée à alerter les consommateurs sur les risques d’accidents liés à l’utilisation de briquets non-conformes.

images of the spot

Informés du fait que 73%(1) des modèles de briquets vendus en Europe ne sont pas conformes à la norme internationale de sécurité ISO 9994, 77% des belges sont inquiets du danger que cela représente pour eux.

 

BIC fait de la qualité et de la sécurité de ses briquets, sa priorité absolue, et poursuit son engagement en faveur de la protection des consommateurs en matière de sécurité des briquets en lançant mercredi 20 janvier en Belgique, une campagne publicitaire destinée à alerter les consommateurs du danger que peut représenter un briquet conçu et fabriqué sans respecter les normes internationales de sécurité en vigueur en Europe.

En raison de défaillances lors des contrôles douaniers à l’entrée dans l’Union Européenne, notamment à Rotterdam et Hambourg (premiers ports d’entrée dans l’UE pour les briquets), et du défaut de surveillance sur les marchés intérieurs, de nombreux modèles de briquets non-conformes sont aujourd’hui disponibles sur le marché européen, et notamment en Belgique, en Allemagne et en France. On estime que :

 

  • 76%(2) des modèles de briquets vendus en Belgique ne sont pas conformes à la norme internationale de sécurité ISO 9994. C’est la norme de sécurité de base du briquet qui définit notamment la hauteur maximale de flamme, la résistance aux chutes, aux températures élevées, la résistance à la pression interne.
  • 9 modèles de briquets électroniques sur 10(3) disponibles en Europe ne sont pas conformes à la norme EN13869, qui impose que tous les briquets de poche vendus en Europe disposent d’une sécurité-enfants efficace durant toute la vie d’un briquet.
  • • Des briquets en forme de jouets, interdits de vente aux consommateurs depuis 2008, sont aujourd’hui disponibles en toute impunité.

 

Selon François Clément-Grandcourt, Directeur général de la catégorie Briquets du Groupe BIC « Au fil des années, le cas du briquet est devenu emblématique du problème de la surveillance de marché en Europe. Il existe pourtant des solutions pour que ces produits dangereux ne circulent plus sur le marché européen. La première d’entre elle : faire que la loi soit appliquée en agissant pour que les Etats Membres rendent efficace la surveillance des produits qui entrent et circulent dans l’Union Européenne et à sanctionner les infractions de façon dissuasive. »

 

Les briquets sont à l’origine d’environ 30 000(4) accidents graves par an dans l’Union Européenne, représentant un coût sociétal qui se chiffre à un milliard d’euros chaque année au minimum.

  • • Le relation entre les accidents liés aux briquets et les non-conformités aux normes de sécurité a été mise en lumière dans différentes études menées par des producteurs, institution, Etat. Par exemple la mise en place de façon stricte de la sécurité-enfants aux Etats-Unis a permis de réduire de deux tiers, le nombre d’incendies, d’accidents, de morts ainsi que les coûts sociétaux, liés à des enfants jouant avec des briquets.(5)
  • • Parmi les causes d’accidents avec un briquet en Europe, pour 63% le briquet avait une flamme anormalement haute, 33% le briquet a explosé, pour 22% le briquet ne s’est pas éteint et pour 19% le briquet a craché des gouttelettes de gaz enflammées. Enfin, 7% des accidents sont causés par des enfants jouant avec des briquets.(6)

 

Que pensent les Belges de la situation ?

Une étude menée en février 2019(7) met en lumière le décalage profond entre leur perception d’une sécurité des briquets, relative mais pas inquiétante et la réalité de ce marché. Informés de cette réalité, 68% des Belges jugent cette situation inacceptable.

  • • Près de la moitié des Belges (48%) se sentent globalement plutôt en sécurité avec les briquets qu’ils ont achetés.
  • • Alors que les Belges pensent que quasiment 1 produit non-alimentaire sur 2 est contrôlé (45%), dans les faits, les contrôles de conformité se limitent à 0,01% des marchandises(8)
  • • En apprenant que 73% des modèles de briquets vendus en Europe ne respectent pas les normes de sécurité européenne, 54% des consommateurs sont surpris. 74% d’entre eux reconnaissent ne pas se sentir suffisamment protégés contre ces produits à risque et avouent même leur inquiétude (77%).
  • • Lorsqu’on les informe des faits, 68% des belges jugent inacceptable la situation du marché des briquets. Les acheteurs de briquets se disent prêts à changer de comportement, d’abord en étant plus attentifs aux modèles de briquets achetés (81%), mais également en partageant l’information avec leur entourage (77%) ou sur les réseaux sociaux (43%), certains se déclarant même prêts à porter plainte auprès des autorités/associations de consommateurs (41%).

 

A propos de la campagne de sensibilisation

La campagne télévisée et digitale que lance BIC aujourd’hui illustre le principal scenario d’accident lié à l’utilisation d’un briquet non-conforme : le danger d’une hauteur de flamme excessive qui surprend son utilisateur. Elle a pour objectif de faire prendre conscience aux consommateurs qu’un briquet est soumis à des normes de sécurité, obligatoires depuis 2008, mais que trop souvent ces normes ne sont, pas respectées. Les consommateurs doivent donc être vigilants. Elle sera diffusée en télévision, notamment sur RTL, la RTBF, SBS et Medialaan, ainsi qu’en digital, notamment sur YouTube.

 

« 30 000 accidents par an en Europe, cela signifie que chaque jour, plus de 80 personnes sont brûlées par des briquets, » déclare François Clément-Grandcourt. « Les risques que peuvent représenter des briquets non conformes aux normes de sécurité européennes ne peuvent plus être ignorés. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de nous adresser directement au grand public, parallèlement à nos procédures juridiques. Si la libre circulation des biens est un principe fondamental du marché unique européen ; protéger les consommateurs des produits dangereux est une condition du fonctionnement de ce marché unique. »

 

En Belgique, la campagne démarre le 20 février 2019. Elle vise les 20-50 ans, population la plus directement exposée aux accidents et comprenant par ailleurs les parents de jeunes enfants.

 

 

ANNEXES

Normes de sécurité en vigueur :

  • • La norme internationale de sécurité ISO 9994, créée en 1989, est la norme de sécurité de base. Elle définit les exigences de sécurité de base de tout briquet notamment la hauteur maximale de flamme, la résistance aux chutes, aux températures élevées, la résistance à la pression interne et à la combustion continue.
  • • La norme EN 13869, dite norme « sécurité-enfants » qui, en Europe, englobe la norme ISO 9994, impose que tous les briquets de poche vendus en Europe disposent d’une sécurité-enfants efficace durant toute la vie du briquet. Un briquet "sécurité-enfants" est un briquet dont l’allumage a été rendu délibérément plus difficile. 85% des enfants de moins de 51 mois ne doivent pas être capables de l’allumer lors du test.

 

 

(1) Source : BIC, sur la base de tests Prosafe 2010 et tests ultérieurs de laboratoires indépendants accrédités

(2) Source : Etude du marché réalisée par BIC en janvier 2019

(3) Source : Tests SGS sur 105 modèles de briquets électroniques à mouvement vertical - Entre Avril 2017 et Juin 2018

(4) Source : Estimations BIC sur la base d’ études Commission Européenne

(5) Source : Fires Caused by children playing with lighters CPSC 2000 – post evaluation of Safety standards

(6) Source : Etudes BIC réalisées par un prestataire extérieur en 2018

(7) Source : Ipsos, auprès de 1004 Belges

(8) Source : Syndicat français des douanes, CGT Douanes